Infrastructure nationale de gestion des données géographiques
Géoflash

Accueil > Actualités > Atelier national sur la toponymie : le Sénégal à l’heure d’harmoniser les noms (...)

Atelier national sur la toponymie : le Sénégal à l’heure d’harmoniser les noms des lieux ou toponymes

L’Agence nationale de l’Aménagement du Territoire (ANAT) du Ministère de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire (MGLDAT), en collaboration avec le Groupe interinstitutionnel de concertation et de coordination (GICC) en géomatique et le Projet d’appui canadien au Plan national géomatique (PAC-PNG S) se organise un atelier sur la toponymie les 23 et 24 octobre 2014 à l’hôtel Amaryllis de Saly.

L’Agence nationale de l’Aménagement du Territoire (ANAT) du Ministère de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire (MGLDAT), en collaboration avec le Groupe interinstitutionnel de concertation et de coordination (GICC) en géomatique et le Projet d’appui canadien au Plan national géomatique (PAC-PNG S) se organise un atelier sur la toponymie les 23 et 24 octobre 2014 à l’hôtel Amaryllis de Saly.
Cette rencontre va regrouper l’ensemble des acteurs et structures concernés au niveau national ainsi que des personnes ressources de la CEA et du Groupe des Experts des Nation Unies pour les noms géographiques afin de statuer sur la question des toponymes au Sénégal notamment dans le cadre de la mise en œuvre du PNG/S en cours d’élaboration.

L’objectif principale de l’atelier est de poser les jalons d’un structure nationale chargée de gérer la toponymie au Sénégal.

Les toponymes sont une source très importante de connaissances du passé et de conservation de la mémoire des peuples, ils représentent une partie intégrante de notre patrimoine historique national. De nos jours, ils occupent également une place prépondérante dans la gestion, le partage, le traitement et la diffusion de l’Information Géographique ainsi que le développement des Systèmes d’informations géographiques (SIG).

Cependant, au Sénégal, il est noté que chaque structure utilise sa propre manière d’écrire les noms des localités, des lieux dits, des éléments hydrographiques du pays etc. Il en résulte ainsi une diversité de transcriptions des toponymes qui se rapportent pourtant aux mêmes entités géographiques, créant la confusion sur les noms des lieux, la précision des recherches et la mobilité orthographique de ces noms.
Plusieurs tentatives ont été initiées dans le but de mettre un terme au vide institutionnel constaté dans le domaine de la toponymie et regrouper les acteurs concernés au sein d’un organe national chargé de gérer les aspects liés à ce secteur.