Infrastructure nationale de gestion des données géographiques
Géoflash

Accueil > Actualités > Des données géospatiales et statistiques ouvertes pour une meilleure (...)

Des données géospatiales et statistiques ouvertes pour une meilleure implication de tous

Il est maintenant avéré que la mise à disposition des banques de données existantes au public stimule la créativité et l’innovation dans le domaine social, économique, environnemental, etc. En effet, quand les données détaillées des organismes publics sont rendues disponibles, sous des formats facilitant leur réutilisation, les citoyens seront plus enclins à développer de nouvelles applications sur ces informations. Il est aussi reconnu que l’ouverture des données officielles au public favorise la participation d’un plus vaste éventail d’acteurs à la résolution de problèmes qui intéressant le pays ; ce qui contribue à réduire l’écart entre les citoyens et les administrateurs publics en termes d’accès à l’information.

En outre, en ouvrant les banques de données officielles, les administrations publiques permettent d’éviter les duplications d’activités et facilitent la multiplication des utilisations dans le sens d’un usage optimal de l’argent des contribuables. Cependant, l’ouverture des données ne peut pas remettre en cause la nécessité de protéger la vie, les biens et les droits des citoyens. La confidentialité de certaines don-nées sensibles doit aussi être maintenue.

Afin de maximiser les bénéfices engendrés par le partage d’informations avec tous les acteurs de la société, le Séné-gal devrait se doter de politiques, lois et règlements sur les données ouvertes, et rehausser la qualité de l’accès aux données et documents publics. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) offrent plusieurs outils permettant d’améliorer la performance, la transparence et la communication avec les citoyens. Par ailleurs, les organismes publics devraient travailler à mieux répondre à ces nouvelles exigences de la révolution de données, et aller bien au-delà de la simple diffusion d’informations et de prestation de services en ligne.

Au Sénégal, l’ouverture des données géospatiales a fait des pas de géant à travers le Plan National de Géomatique (PNG). Aujourd’hui, ces initiatives sont en avance sur les politiques générales d’ouverture des données officielles qu’il semble opportun d’adopter.

Il faudra noter aussi que les données géospatiales ouvertes sont peut-être gratuites pour l’utilisateur, mais leur production et leur gestion ont un coût. Par conséquent, des ressources adéquates devraient être fournies aux services producteurs pour faire en sorte que les données géospatiales conservent leurs caractéristiques clés d’actualité, d’exactitude, de cohésion, de disponibilité et de réutilisabilité. Parallèlement, ces services producteurs devront accélérer leurs activités en faveur de l’ouverture de données géospatiales.

Malgré tout, plusieurs réalisations peuvent être comptabilisées pour le compte de l’ouverture des données. On peut en citer le portail sur l’Infrastructure nationale de gestion des données géographiques (http://www.geosenegal.gouv.sn), celui sur les services sociaux de base (http://geossb.gouv.sn), etc.

Concernant l’ANSD, pratiquement tous les résultats de ses travaux sont diffusés gratuitement sous divers formats à travers son site web (www.ansd.sn) qui contient aussi des portails de données réutilisables. Parmi ces portails, je peux citer l’Archivage National des Données d’Enquêtes (http:// anads.ansd.sn), le Portail de données (http://donnees.ansd.sn), le Système d’Information Géographique Statistiques (http://sigstat.ansd.sn/), le Portail du système statistique national (http://www.statsenegal.sn/). Tout ceci témoigne de la volonté de la géomatique et de la statistique sénégalaise d’aller vers l’ouverture complète des données géospatiales. J’invite ainsi toute la communauté géomatique et statistique à poursuivre la concrétisation de cette volonté avec l’appui des Autorités.

Aboubacar Sédikh BEYE
Directeur Général de l’ANSD