Infrastructure nationale de gestion des données géographiques
Géoflash

Accueil > Actualités > Mise en place d’un Système d’Information Géographique (SIG) pour contribuer à (...)

Mise en place d’un Système d’Information Géographique (SIG) pour contribuer à la prévention de la maladie à virus Ebola dans les régions frontalières avec la Guinée et le Mali

En mars 2014, la maladie à virus Ebola faisait son apparition en Afrique de l’Ouest principalement en Guinée Conakry, en Sierra Léone et au Libéria. 7 000 morts et plus de 17 000 cas ont été confirmés par l’Organisation mondiale de la santé en décembre 2014.

Le 29 août 2014, les autorités sanitaires du Sénégal ont confirmé un cas de cette affection. Un impressionnant dispositif de sécurité est alors mis en place par le Gouvernement du Sénégal en collaboration avec l’OMS pour stopper la propagation du virus avec des campagnes de sensibilisation, de prévention et de prise en charge des malades d’Ebola.

Même si cette stratégie s’avérait efficace, la menace restait toujours présente du fait de la porosité des frontières entre le Sénégal et ses voisins dont le Mali et la Guinée d’où est venu le seul cas détecté. Il était ainsi important pour le Sénégal d’avoir assez d’informations pertinentes et de données pour stopper la propagation de la maladie à travers ses frontières.

Le Projet d’Appui Canadien (PAC) au Plan National Géomatique (PNG) en relation avec le Centre de Suivi Écologique, avait initié à la demande de la Coopération Canadienne, le Projet Pilote de « Mise en place d’un SIG pour faire face à la menace de la maladie à virus Ebola dans des régions frontalières avec la Guinée et le Mali ».

L’objectif général du projet était de contribuer au renforcement du dispositif de prévention et suivi de la maladie grâce à des informations géospatiales.

L’étude a concerné la zone frontalière avec les pays affectés par la maladie. Il s’agit des départements de Vélingara, Kolda, Médina Yoro Foula, Kédougou, Salé-mata, Saraya, Tambacounda, Bakel et Goudiry et plus précisément les localités situées à 5 kilomètres le long des axes routiers desservants ces pays limitrophes.

Les fonctionnalités d’analyse spatiale qu’offrent les logiciels SIG ont été utilisées pour identifier les potentielles zones exposées aux risques de contamination de la maladie à virus Ebola.

La mise en place du SIG-Ebola a permis de centraliser des données géographiques utiles pour la prise de décision dans la prévention de la maladie à virus Ebola.