Infrastructure nationale de gestion des données géographiques
Géoflash

Accueil > Actualités > Permettre au Sénégal de bénéficier pleinement du PNG dans le but de contribuer (...)

Permettre au Sénégal de bénéficier pleinement du PNG dans le but de contribuer à l’émergence décrite dans le PSE

Les Journées Nationales de la Géomatique se sont tenues, les 17 et 18 mars 2015, au Sénégal. Elles ont constitué une étape significative, dans l’appropriation du Plan National de Géomatique (PNG), par l’ensemble des acteurs, et ont donné lieu à des contributions, des réflexions et des échanges particulièrement intéressants et fructueux pour notre pays.

Les Journées Nationales de la Géomatique se sont tenues, les 17 et 18 mars 2015, au Sénégal. Elles ont constitué une étape significative, dans l’appropriation du Plan National de Géomatique (PNG), par l’ensemble des acteurs, et ont donné lieu à des contributions, des réflexions et des échanges particulièrement intéressants et fructueux pour notre pays.

Au nom du Groupe Interinstitutionnel de Concertation et de Coordination en Géomatique (GICC), je voudrais particulièrement remercier le gouvernement du Canada pour l’appui qu’il n’a cessé d’apporter pour la mise en place du Plan National de Géomatique (PNG).

Avec les acquis du Projet d’Appui Canadien (PAC), le GICC doit désormais s’orienter vers une mise en oeuvre effective du PNG. C’est pourquoi, je demanderais à tous les acteurs, surtout les producteurs de données, une plus grande appropriation du PNG,
afin de consolider les acquis.

En effet, je suis persuadé que l’infrastructure nationale de données géospatiales, résultante de ce plan, doit constituer le socle du partage d’informations géospatiales au Sénégal. Quatre mois (04) après sa mise en ligne, la BaseGéo (http://www.basegeo.gouv.sn) enregistre plus de 900 abonnés avec 4843 jeux de données téléchargés. Ce qui prouve de manière significative l’importance d’un tel outil dans la gestion de nos projets territoriaux. Par conséquent, le GICC doit en assurer le bon fonctionnement.

C’est à travers ces outils, qu’une rationalisation des dépenses de l’Etat en matière de collecte d’informations géographiques doit être effective, pour permettre au Sénégal de bénéficier pleinement de ce plan, dans le but de contribuer à l’émergence de notre pays. Ces nouveaux défis réclament, de notre part, une ouverture massive des données géospatiales (Open Data) dans le but de renforcer la construction du bien commun.

Ainsi, le GICC invite les entreprises privées sénégalaises à occuper la place qui est la leur en jouant un rôle important dans le processus de géomatisation de notre pays. Elles doivent exploiter, au maximum, les données disponibles en vue de proposer des solutions adaptées aux besoins des utilisateurs dans un avenir proche et en développant des services à forte valeur ajoutée.

Pour impulser une nouvelle dynamique, le GICC va prendre en compte les recommandations formulées au cours des Journées de la Géomatique. A ce titre, la gouvernance du Groupe Interinstitutionnel de Concertation et de Coordination sera élargie aux structures telles que l’ANSD, la DGID (Cadastre) et l’Ordre National des
Géomètres Experts.

Cela permettra, entre autres, de mieux maitriser les objectifs liés à la mutualisation des ressources techniques et financières et, par ricochet, d’engager les chantiers futurs, relatifs à la mise en oeuvre du PNG.

J’invite solennellement toute la communauté géomatique du Sénégal à rejoindre cette oeuvre exaltante et bénéfique pour l’émergence de notre pays.

Cheikh BAKHOUM
Président du GICC